Journal de ma nouvelle oreille

De Isabelle Fruchart
Adapté par Zabou Breitman
Mise en scène par Zabou Breitman
Avec Isabelle Fruchart
Décor : Simon Stehlé
Conception sonore : Laury Chanty
Lumières : André Diot
Costumes : Amina Rezig
Aide à la chorégraphie : Sarah Zoghlami
Assistante de production : Diane Derosier

J’ai appris à écouter avec mes yeux, mes mains, ma respiration…

Adolescente, Isabelle grandit dans une fratrie de musiciens. Attirée par le théâtre, elle se destine au métier de comédienne. Mais elle passe « pour une fille un peu spéciale ». Elle n’a ni les mots appropriés ni les réactions attendues. Elle multiplie les quiproquos. Vingt ans plus tard, elle accepte la réalité de son handicap invisible. À l’âge de 14 ans, Isabelle a perdu la majorité de ses facultés auditives. Elle choisit alors l’appareillage. Aussi découvre-t-elle à 37 ans le vacarme du monde. Elle entend. Voix dans le métro, eau de la vaisselle sur les assiettes, cacophonie urbaine. Actrice et écrivaine à ses heures, elle consigne ses sensations, ses doutes, ses fatigues, ses émerveillements. Elle écrit le journal de sa nouvelle vie sonore, sa redécouverte des sons qu’elle n’a plus entendus depuis l’enfance.

Réalisatrice de cinéma, comédienne et metteur en scène, Zabou Breitman s’intéresse inlassablement aux figures empêchées. Sur les écrans avec L’Homme de sa vie, Se souvenir des belles choses ou No et moi, au théâtre avec Le Système Ribadier de Feydeau, L’Hiver sous la table de Roland Topor, La Compagnie des spectres et La Médaille de Lydie Salvayre ou Des gens d’après Depardon, elle convoque des personnages inaccomplis en voie de réconciliation avec l’existence. Elle adapte ce texte au théâtre et choisit Isabelle Fruchart pour interpréter ce conte moderne brassé d’humour et d’émotion. Elle plonge cette Alice, seule en scène, dans les labyrinthes d’un pays des merveilles des bruits, dans une drôle de quête des sons.

Présentation de l'éditeur

Que comprend-on quand on n'entend pas ? Comment vit-on et vous écoute-t-on ? Et que ressent-on quand toutes sortes de bruits, de l'eau sur la vaisselle à la sonnerie de porte, reviennent dans le quotidien ?

Isabelle Fruchart, comédienne, a consigné avec finesse et humour l'histoire de ses oreilles, de la perte quasi-totale de l'ouïe à 14 ans à l'appareillage, à 37 ans. On se laisse emporter et toucher par cette odyssée autobiographique qui mène à la redécouverte des sons – à commencer par sa propre voix – comme à la redécouverte de soi.

Le texte, adapté et mis en scène par Zabou Breitman, a été créé au Théâtre du Chêne Noir à Avignon en 2013. Il a reçu le prix Agir pour l'Audition en 2014 et a été joué en juin et juillet 2015 par Isabelle Fruchart au Théâtre du Rond-Point à Paris.

Genre : Théâtre

Horaires

Du 17 septembre au 21 novembre 2015

Affiche

Affiche - Journal de ma nouvelle oreille

Vidéos

Presse

Décor verdoyant, trophée aux oreilles immenses dans les mains… la comédienne Isabelle Fruchart nous ouvre son jardin secret. Orchestré par la metteuse en scène Zabou Breitman, son récit pétri d’humour et d’émotion est celui d’un parcours initiatique. Elevée dans une fratrie de musiciens, la jolie blonde se rêve comédienne. Mais cette « fille un peu spéciale » a d’étranges réactions. Et pour cause, elle a perdu 70 % de ses facultés auditives à l’âge de 14 ans. Il faudra plus de dix ans pour que le diagnostic soit posé, le double pour se voir appareillée et entendre à nouveau. Papier froissé, notes de musique, filet d’eau sur la vaisselle, voix dans le métro : entre enthousiasme et découragement, rire et colère, c’est le récit de cette renaissance au monde et à son étrange vacarme qu’Isabelle Fruchart livre sur scène. Puissant.

— Anna Nobili, Elle